lettre ouverte aux élus 2011

Brest, le 1er juin 2011

OBJET : Lettre ouverte à nos élus, concernant le projet de construction à l’angle des rues Lars, Fréminville et Laurent Legendre à Brest.

Monsieur le Maire-Président,

 Nous sommes plusieurs habitants du quartier de Recouvrance à avoir été invités à une réunion d’information par Jean-Pierre CAROFF, Vice-président à l’urbanisme et Jacques QUILLIEN, adjoint au Maire du quartier des 4 Moulins.

Cette réunion, qui a eu lieu le 16 mai dernier, concernait le projet de construction d’un immeuble de 27 logements sur le terrain situé à l’angle des rues Lars, Fréminville et Laurent Legendre.

Nous avons apprécié cette démarche d’information mais nous sommes déçus, voire choqués, par le projet que nous avons découvert.

Le contexte…

Nous suivons l’actualité de notre ville en mouvement. Nous suivons les projets du Plateau des Capucins, de la réhabilitation du Mac Orlan, et bien sûr le chantier du tramway, avec le renouvellement urbain qu’il apporte.

Nous sommes heureux de voir que la ville s’intéresse aux points de vue d’habitants, via la création des Conseils Consultatifs de Quartier, par exemple.

Nous lisons des articles prometteurs, illustrés d’images attrayantes, représentant notre futur environnement. Nous sommes ravis de lire que notre ville souhaite valoriser le quartier de Recouvrance, tel que résumé dans un petit document1 disponible sur le site www.brest.fr.

On peut y lire les enjeux pour le quartier :

  • Valoriser le quartier dans le dispositif urbain de la ville, relier les deux rives,

  • Rénover le quartier sans remettre en cause son fonctionnement,

  • Conserver, revaloriser et adapter le patrimoine,

  • Conforter le développement social du quartier.

Recouvrance y est qualifié de quartier ayant “une identité forte, historique et culturelle, un patrimoine bâti remarquable”. Le Bâtiment aux Lions est d’ailleurs inscrit aux monuments historiques.

Nous n’allons pas citer tous les documents disponibles sur le site de la ville mettant en avant les atouts du quartier. Nous ne citerons pas non plus tous les articles volontaristes et soucieux de renouveler l’environnement urbain dans le respect de la ville et de ses habitants. Ils sont trop nombreux, et nombre de chantiers en cours, ou fraîchement terminés, prouvent qu’ils ne sont pas des discours en l’air.

C’est parce que nous pensons que vous souhaitez réellement améliorer notre ville, son architecture, son urbanisme, et la qualité de vie de ses habitants que nous vous adressons ce message.

Il existe en effet un nombre important de bâtiments ou de sites remarquables à proximité du terrain sur lequel ce projet souhaite voir le jour. Il suffit de lire le document décrivant la ZPPAUP à Recouvrance, qui présente les bâtiments protégés représentatifs de l’histoire architecturale de Brest :

  • le 65 rue de la Porte (le Mac Orlan)

  • la prison de Pontaniou

  • le 7 rue de Maissin (maison XIXe)

  • la chapelle du Sacré-Coeur, rue de Maissin

  • le lavoir de la rue de Saint-Malo

et…

  • la maison du maître-serrurier Charles Bruslé (XVIIIe siècle)

On peut également voir sur le PLU, rue Laurent Le Gendre et rue Fréminville, un tracé correspondant à un grand mur en pierre. La légende indique “vestige défensif et grand ouvrage protégé”.

Le projet…

Le projet que nous avons découvert le 16 mai est à l’opposé de tout ce que nous pouvions espérer.

1) Il ne promet pas une qualité de vie telle que l’on pourrait l’espérer, ni pour ses habitants, ni pour le voisinage : 27 logements sur un terrain d’environ 650m², 23 places de parking (et 9 parkings existants supprimés) et une hauteur de 11 à 15 mètres, par rapport à un point de référence pris en haut du terrain qui est en pente.

Un style triste et banal, un grand bloc posé là, avec une absence évidente de souci d’insertion (pensez que pendant la réunion, le promoteur a souligné qu’il connaissait bien l’architecture d’après-guerre du quartier…).

Un bloc sans âme, posé là par un promoteur, le “Groupe Pierreval”, dont la raison sociale est en réalité “Pierreval Investissement”, et dont on peut penser qu’il se préoccupe plus d’investissements, de profits et de rentabilité, que de qualité de vie et d’architecture harmonieuse.

Est-ce cela la “revitalisation des quartiers anciens”2? Est-ce que qu’on appelle “des espaces urbains de qualité”3? “Une agglomération imaginative qui se réinvente avec des formes urbaines et architecturales nouvelles, aussi attractives en terme de qualité de vie qu’économes en terme d’espace urbain”4 peut-elle laisser faire cela?

2) Ce projet masque la lumière à nombre d’habitations, particulièrement rue Lars. Il utilise TOUT le terrain disponible, sans même imaginer un peu de verdure, un arbre, un petit coin d’herbe…

Est-ce là ce qu’on appelle la qualité de vie? Est-ce réellement compatible avec le code de l’urbanisme5?

3) Ce projet “conserve” le mur historique visible sur le PLU par l’édification d’un “mur en pierres reconstitué suivant le tracé existant”, surplombé par le bâtiment, et en traçant une ligne au sol dans les garages pour garder son souvenir ! Il domine la fameuse maison du maître-serrurier Bruslé, l’écrasant par sa hauteur, son style massif, et sa situation topographique plus élevée.

Est-ce bien là ce qu’on appelle la conservation et la valorisation du patrimoine?

Le quartier autrement…

Devant la menace d’un tel projet, nous avons décidé de réagir pour défendre et valoriser notre quartier.

Nous avons donc créé une association Loi 1901 qui regroupe à ce jour 16 membres : “Protection Environnement de la Cour à Bruslé” (P.E.C.A.B.), dont les statuts sont déposés à la Sous-préfecture de Brest.

L’objet de cette association est de “Défendre le patrimoine architectural, l’environnement et la qualité de vie du plus vieux quartier de Brest”.

Nous ne nous opposons pas à la création de logements sur cette parcelle. Nous pensons simplement que l’urbanisme et l’architecture peuvent faire de belles choses quand elles sont bien pensées. Nous pensons qu’un bâtiment, sans avoir à copier l’architecture environnante, peut et doit s’insérer harmonieusement dans son environnement. Nous pensons que la qualité de vie passe par un peu de verdure et de sensation d’espace, de respiration.

Nous espérons sincèrement que vous comprendrez nos griefs concernant ce projet. Il s’agit de notre environnement, en tant qu’habitants de ce quartier. C’est aussi l’environnement de tous, curieux, brestois, touristes, qui veulent visiter et découvrir un quartier historique “emblématique de Brest”6, aménagé avec soin, dans un esprit créatif et respectueux.

Espérant votre compréhension, votre adhésion et votre soutien actif, nous vous prions, Monsieur le Maire-Président, de croire en notre esprit constructif.

5Article *R111-21: “Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales.”